En résumé (CV = résumé, en anglais américain)

Our trip is now finished. After we walked 30 kilometres, tried to interview 40 peoples, and visited 6 museums, we are now in Paris. Even getting into the Eurostar on time was not as fluid as it should have been. During this journey, the world did not change, but for us this is another story. (Arno)

Après une semaine éprouvante, nous voici de retour en France.

Arrivés ! À nous les cuisses de grenouilles que l’on retrouve bien sûr tous les jours dans nos assiettes ainsi que les croissants, que tout le monde va chercher à 6 heures du matin en se levant. Plus sérieusement, retour aux projets tutorés, aux documents de conception, aux vidéos à monter même en vacances. En tout cas, nous ne sommes pas sortis indemnes de l’expérience anglaise.
En effet, les Anglais ont une petite tendance à ne pas vouloir répondre aux mails. Malgré tous les courriels envoyés en amont, seules trois entreprises ont répondu, et seule une a accepté. Une semaine plus tard, celle-ci annule à cause d’une réunion. Nous voici seuls et démunis face à ce grand pays qu’est l’Angleterre. Fallait-il contacter la reine en personne pour qu’elle nous aide ? Tout ceci devient bien compliqué lorsque l’on n’a pas de leviers suffisants.

Bref, nous sommes donc arrivés en Angleterre sans savoir quoi faire (du moins pour les entreprises : Kelthoum nous avait gracieusement concocté un planning de secours la veille). Suivant les conseils de Florian Reche, nous avons visité plusieurs musées, en commençant par le Tate de Liverpool. Les musées anglais sont différents des Français : interactifs, étonnants, originaux. Fini les longs couloirs blancs en labyrinthe, les tableaux alignés avec leurs explications, place à l’anarchie.
On a aussi pu avoir un court aperçu de l’art moderne « anglais », qui est en fait moderne pour tout le monde : nous aurions pu retrouver le même type de choses au Centre Georges Pompidou de Paris.

Le jour suivant, nous avons enchaîné le Liverpool Museum, et le cabinet d’architecture chargé de l’expansion et de la reconstruction de Liverpool. Toujours sous le ciel gris légendaire anglais, nous avons pu voir que la population locale dans le milieu professionnel est réticente à parler de ses exploits : « Il fallait contacter le bureau de presse » ou bien « Demandez à mon manager, je n’ai pas le droit » sont les phrases que nous avons entendues toute la journée.

Lorsque nous sommes arrivés à Manchester, nous avons découvert le paradis du multimédia : le musée des Sciences et de l’Industrie. Partout des choses à toucher, à tester, à regarder, à entendre, etc. En plus, la météo du jour était à l’image de notre humeur : radieuse ! C’est là que nous avons décidé de tourner nos plans pour la vidéo du voyage, sur un sujet qui nous passionnait.

Le dernier jour, pas de chichis : musée du foot. Les yeux grands ouverts, nous découvrons l’histoire des footballers, leur histoire, la vie des stades, mais aussi de petits jeux d’arcade à l’ancienne, similaires au baby-foot.

C’est sur cette note positive que se termine ce voyage. Ah non, nous avons oublié l’histoire de l’Eurostar ; mais d’autres groupes vous en parlerons mieux que nous.
Cette excursion a donc été formatrice : les Anglais n’aiment pas parler dans un micro, et leurs musées sont géniaux ! Plus sérieusement, on a eu un aperçu de la culture anglaise de l’intérieur, sans filtre, ou quoi que ce soit qui pourrait teinter notre expérience personnelle.

C u soon!

Laisser un commentaire